Normandie. Ses traductions aident le cinéma à s’exporter

Sionann O’Neill avec Alain Guiraudie au festival de Cannes. Elle est interprète pour le réalisateur de « Rester vertical », en sélection officielle.Sionann O’Neill avec Alain Guiraudie au festival de Cannes. Elle est interprète pour le réalisateur de « Rester vertical », en sélection officielle. | Flo Alex

Par Ouest-France

Sionann O’Neill, Américaine installée en Normandie, est traductrice adaptatrice de sous-titres, du français vers l’anglais.

Rencontre

« Je vis en France depuis vingt-huit ans. J’étais venue me promener en Europe et je suis restée. » Elle s’installe à Paris et s’inscrit à la Sorbonne. « J’ai fait des études de cinéma. »

Elle obtient une maîtrise et s’oriente vers le sous-titrage : « J’aime la langue, j’aime écrire, j’aime le cinéma. » Sionann O’Neill commence par traduire le film d’un camarade de fac : Pascal-Alex Vincent. « Il m’a impliqué dans un court-métrage sélectionné dans un festival, à Mamers, dans la Sarthe. François Ozon était aussi là. Il sortait de la fameuse école de cinéma la Femis. On a fait la fête en semble. Ça crée des liens. »

C’est le début d’une belle collaboration avec le réalisateur de Huit Femmes« Il avait besoin de quelqu’un pour traduire ses films. J’ai commencé avec ses courts-métrages, puis tous ses long-métrages. »

L’intégralité de l’article dans l’édition Ouest-France du samedi 21 mai 2016, et en édition numérique.

Crédit photo : Flo Alex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s